• Savoir copier

    Comment améliorer le savoir copier ? 

     Premier principe : écrire beaucoup et souvent.

     Deuxième principe: soutenir la copie. Au lieu d'attendre que les enfants aient fini, être présent, accompagner, guider, dynamiser la copie en commentant les progrès de chacun, en donnant le rythme (ça fait cinq minutes qu'on a commencé, tout le monde doit en être au moins à...).

     Troisième principe: proposer régulièrement des exercices en jouant sur toutes les variables de l'activité de copie.

     
     

    Nécessités pour une copie efficace

    Les élèves copient plus facilement si :

     - ils comprennent ce qu’ils lisent.

    - s’ils peuvent oraliser des groupes de lettres

    - s’ils connaissent le nom des lettres utilisées, et ce qui s’y rapporte : tracé, forme, mots repères...

     

    En copie, si le modèle est visible en permanence,

    l’élève de cycle 2 ne perçoit aucun intérêt à mémoriser

    mots ou groupes de mots.

     La copie « directe » n’est donc pas efficace.

    La copie « active » ou « différée » s’avère préférable.

     

    L’automatisation

     La copie peut se décomposer schématiquement en deux temps :

    1.    prise d’information (lecture) ;

    2.    acte d’écriture rigoureusement conforme à l’information prise préalablement.

     

    Elle suppose donc des compétences graphiques, en termes de rapidité et de précision pour la formation des signes. Mais elle demande également des compétences en prise d’information : déchiffrage, photographie orthographique, mémorisation fiable et, pour les bons lecteurs-copieurs, une segmentation assurée (unités sémiotiques et syntaxiques).

     

    L’absence d’automatisation du geste graphique oblige l’élève à mobiliser l’essentiel de son attention sur le tracé, et non sur le sens et ses vecteurs (vocabulaire, grammaire).

    L’élément déterminant dans l’exercice de la copie, se situe principalement dans les mémorisations.

     

    S’entrainer à passer du signe au mot :

     De dos, l’enseignante fait le geste, nomme le signe, les élèves le font en même temps.

    L’enseignante fait le geste, nomme, les élèves observent et doivent le refaire après un temps d’attente.

    L’enseignante trace, nomme, épèle et lit, les élèves observent. Reproduction après un temps d’attente.

    Varier outils, taille, relier à des éléments connus (c’est comme...), passer par le corps.

    Savoir copier

     6 domaines :

     

    1/

    Vitesse d’écriture

    2/

    Formation des lettres

    3/ Déchiffrage rapide

    4/ Photographie orthographique

    5/ Mémorisation fiable

    6/

    Bonne segmentation

     

    On peut raisonnablement faire l’hypothèse que tout progrès dans l’un des six domaines ci-dessus contribue d’une certaine façon à améliorer la compétence globale de copie.

    Exemple d’exercices :

     1/ et 2 / Vitesse d’écriture et formation des lettres :

     Le sprint :

    Sur une suite verbale connue (jours de la semaine, mois de l’année, poésie, comptine, etc.), il s’agit d’écrire le maximum de mots sur un temps imparti (par ex 15 secondes).

    Malgré la recherche de vitesse, l’écriture doit rester correcte (univocité des lettres, hauteur respectée,…).

     

    Variante : le contre la montre

    On écrit toute la suite en se chronométrant et la fois suivante, on essaie d’améliorer son temps.

     

    3/ et 4/ Déchiffrage rapide et photographie orthographique :

    le rétroprojecteur

    Proposer la copie d’un mot totalement inconnu à partir d’un stimulus visuel très court. (tableau fermé, ardoise ou rétroprojecteur). On peut varier sur la longueur des mots proposés ou sur la durée du flash.

     Le jeu des sept différences

    Proposer des comparaisons de textes presque semblables à l’exception de sept (ou autres) différences plus ou moins perceptibles.

     

    5/ et 6/ Mémorisation fiable et bonne segmentation

     Les unités de copie

    - Travailler un texte avec les élèves pour le segmenter en unités de sens/Syntaxe.

    Consigne : faire des paquets de mots qui marchent ensemble et qui ne soient ni trop courts (au moins 4 mots), ni trop longs (moins de 10 mots), seul ou en groupe.

    Justifier, argumenter pour arriver à une segmentation collective (on peut aboutir à deux proposition finales, l’une composée d’unités plutôt courtes et l’autre d’unités plutôt longues.

     - Copier le texte individuellement en respectant la segmentation. Chaque unité isolée par la segmentation devient unité de copie (consigne : on doit copier d’un seul coup chaque paquet de mots).

     - variante : la phrase la plus longue

    On peut proposer à la copie des segments indépendants de 3 mots, puis 4, puis 5,etc. On peut ensuite construire un outil d’évaluation formatrice permettant à chaque enfant de noter le nombre de mots maximal qu’il réussit à retenir-copier. Cette évaluation peut former la base d’un auto-contrat pour améliorer la performance.

     

    Mise en œuvre en classe

    A partir de ces outils, proposition d'une démarche en classe de cycle 3 :

    * évaluation

    * 12 séances de 10 min de remédiation avec supports

    Télécharger « Travail sur la copie.doc »

     

    Sources: documents de l'IEN de Narbonne +autres documents non identifiés...

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :